Le jardin sculpté de Gabriel Albert

Le jardin sculpté de Gabriel Albert
 
  • Mis à jour le 9 octobre 2018
 

Vue aérienne du Jardin de Gabriel. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général / J.-P. Renaudie, Balloïde-Photo, 2009.

Dans le hameau Chez-Audebert, à Nantillé, commune rurale du Pays des Vals de Saintonge en Charente-Maritime, le Jardin de Gabriel attire le regard des automobilistes circulant sur la route départementale 129. Ce jardin est peuplé de centaines de statues et bustes, de taille humaine, réalisés entre 1969 et 1989 par l'habitant des lieux : Gabriel Albert.

Durant vingt années, cet "habitant-paysagiste" a créé son univers poétique sur ce petit rectangle de terre et réalisé ; son rêve de sculpteur-modeleur; il a construit, aménagé et transformé son espace domestique en une œuvre singulière.


Un jardin singulier en Saintonge, objet d'un inventaire inédit...

Dépouillé d'une trentaine de statues volées, le Jardin de Gabriel subit les dégradations du temps. Afin d'accompagner la commune de Nantillé, propriétaire du site, dans la restitution au public de cette œuvre unique, la Région Poitou-Charentes a mené, en 2009 et 2010, une opération inédite d'inventaire du patrimoine culturel. 
Il s'agit de la première enquête d'inventaire consacrée à ce type d'œuvre en France. Elle a porté sur les sculptures en place, ainsi que sur celles disparues, sur la maison, l'atelier et le moulin à vent qui se trouve aussi dans le jardin. Cette étude s'est appuyée sur des travaux antérieurs, ceux de l'ethnologue Michel Valière, en particulier l'entretien que lui a accordé Gabriel Albert en 1991, et ceux de Bruno Montpied, spécialiste de l'art brut et des créations des habitants-paysagistes. 
Environ 400 dossiers documentaires ont ainsi été établis, illustrés par plus de 3 000 photographies, cartes et plans. 


Le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente... par Region-Poitou-Charentes

... monument historique depuis 2011...

Après l'étude d'inventaire menée par la Région en 2009-2010, puis la publication "Le Jardin de Gabriel, l'univers poétique d'un créateur saintongeais", le jardin, la maison et 388 statues et bustes ont été inscrits au titre des monuments historiques en 2011. Le Jardin de Gabriel est un des rares sites créés par des artistes autodidactes et protégés au titre des monuments historiques. Il côtoie désormais le Palais idéal du Facteur Cheval ou la Maison Picassiette.

... propriété de la Région depuis 2014 et en cours de valorisation

Sensible au devenir de cette oeuvre, la Région est devenue propriétaire, en 2014, du Jardin de Gabriel, de sa maison et de l'atelier, ainsi que des statues. Avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, une étude préalable à la restauration des sculptures a été rendue en 2016. Cette étude a livré un diagnostic précis de l'état sanitaire des statues et permet aujourd'hui d'envisager leur restauration, ainsi que la valorisation du site. La Région a lancé, en novembre 2017, les premières mesures d'urgence, visant à mettre à l'abri les 59 statues les plus dégradées, et à restaurer et protéger les autres.

Ces travaux sont une première étape du long processus viant à la conservation du site et son ouverture à un large public, comme le souhaitait son créateur.

420 statues et bustes en ciment

Sur les quelque 420 œuvres créées par Gabriel Albert, le jardin en compte aujourd'hui 388 (202 statues et 186 bustes). Réalisées en ciment armé et le plus souvent peintes, elles figurent un grand nombre d’humains (346) et quelques animaux (42). Les personnages les plus divers ont été portraiturés : personnages historiques, politiques, religieux, de spectacle... ou d'œuvres célèbres (tableaux, contes), ainsi que des femmes, hommes et enfants anonymes : paysans, marins, ouvriers, soldats, danseuses...

Gabriel Albert : du menuisier au sculpteur-modeleur

Gabriel Albert est né en 1904 à Nantillé, près de Saint-Jean-d’Angély, dans une famille d’agriculteurs. Allant peu de temps à l’école, il est, dès son plus jeune âge, attiré par la sculpture et le modelage : il sculpte au couteau une statue en buis, il modèle des vases en argile et fabrique des petits meubles ou des instruments de musique. Adulte, il exerce plusieurs métiers, dont celui de menuisier. En 1941, il vient habiter avec son épouse, Anita Drahonnet (1905-1999), dans le hameau de Chez-Audebert, où il vivra jusqu’à la fin de ses jours. Dès la fin des années 1950, il commence à aménager de manière originale son environnement : pour laisser sa maison à sa fille, il construit à proximité une petite habitation pour lui-même et son épouse, y réalise décor et mobilier, et édifie un moulin à vent décoratif dans le jardin.

Gabriel Albert photographié près de deux bustes de Goulebenéze, dans les années 1980. Droits réservés Portrait de Gabriel Albert, peint par Marius Lévisse en 1982. Tableau conservé dans la maison de Gabriel Albert. Gabriel Albert s'est représenté sous la forme d'une statue, à l'entrée de son atelier. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général / T. Allard, 2009.

Quand il prend sa retraite, en 1969, il retrouve sa passion créatrice pour le modelage et utilise alors un matériau brut : le ciment. Hésitant sur les techniques à adopter, il débute par des pièces faciles à réaliser : des statues d’animaux, des bustes humains et une statue de femme nue. Variant ensuite les sujets – inspirés de la vie quotidienne et de l'actualité – et perfectionnant son art à chaque nouvelle sculpture, il remplit peu à peu son jardin de créations qu'il dispose autour de la maison, du moulin à vent et du bassin d’eau. Il crée aussi les bancs, vasques, pots ou piédestaux. Il grave parfois une date et sa signature sur les socles de ses statues. Il passe la plus grande partie de ses journées dans son atelier, tout occupé à la réalisation de son rêve. Durant vingt ans, il crée ainsi quelque 420 créatures au rendu réaliste et transforme son espace domestique en un jardin poétique qu'il destine à la visite. 
En 1989, il tombe malade ; il cesse alors de produire et se contente d’entretenir et de faire visiter son jardin. Inquiet du devenir de son œuvre, il la lègue à sa commune natale pour le franc symbolique. Gabriel Albert meurt le 8 mai 2000, à l'âge de 95 ans.

Gabriel Albert : artisan, artiste ? habitant-paysagiste ? inspiré du bord des routes ?

Signature de Gabriel Albert. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général / R. Jean, 2009.

"Habitant-paysagiste", Gabriel Albert l'était assurément. Les "habitants-paysagistes", souvent des ouvriers ou des artisans, exercent une activité créatrice au sein même de leur espace d'habitation et transforment leur jardin et/ou leur maison en une œuvre à part entière. Il a également été qualifié d'"inspiré du bord des routes", au sens où ses sculptures sont offertes au regard des passants. Par l'absence de formation artistique et l'empirisme de ses créations, Gabriel Albert répond aussi pour partie à la définition de l’art brut donnée en 1945 par Jean Dubuffet. 

 
Vous savez, j'aurais pu devenir un véritable artiste ; dès l'âge de vingt ans, je voulais sculpter, mais j'ai suivi une autre voie : ouvrier !
Gabriel Albert, 1991.

Parmi les nombreuses œuvres insolites et variées existant en France, rares sont celles qui, comme le Palais Idéal du Facteur Cheval à Hauterives et la Maison Picassiette de Raymond Isidore à Chartres, sont protégées au titre des monuments historiques. Outre l'abondance de sujets et de thèmes représentés dans un espace réduit, le Jardin de Gabriel se distingue de ces ensembles aux formes multiples par une inventivité, un rendu réaliste et une mise en scène ordonnée qui instaurent un dialogue singulier avec le spectateur. C'est ainsi que s'exprime la magie du Jardin de Gabriel, univers poétique d'un créateur saintongeais.

Son atelier

Simple abri en tôle situé à l’arrière du jardin, l'atelier de Gabriel Albert abrite encore les secrets de fabrication du créateur : ses outils, ses sources d’inspiration (magazines, journaux, catalogues de mode...), les matériaux qu'il utilisait. Des séries de visages et de mains en attente de leur corps et des statues inachevées sont encore présentes sur les étagères et sur l’établi.

L'atelier de Gabriel Albert. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général / R. Jean, 2009. L'atelier de Gabriel Albert. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général / R. Jean, 2009. L'atelier de Gabriel Albert, têtes et visages. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général / R. Jean, 2009.


Ses techniques de fabrication

Statue inachevée qui révèle la structure creuse et l'armature métallique. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général / T. Allard, 2009.

Gabriel Albert a mis au point ses propres techniques de fabrication, en s’appuyant sur quelques principes de base tirés de livres. Une statue inachevée montre l'armature métallique qui en constitue le squelette. Le modelage était réalisé avec du ciment blanc de type Portland et du sable de Cadeuil, issu des carrières de Saint-Sornin (Charente-Maritime). Quant aux couleurs, elles étaient soit teintes dans la masse au moyen de pigments d’oxydes, soit peintes sur ciment sec, ce qui est le cas de la majorité des œuvres. 
Gabriel Albert réalisait un buste en cinq jours environ, alors qu'il lui fallait huit à quinze jours de travail pour une statue. Il portait beaucoup d’attention aux visages et s'attachait à les rendre expressifs. Une fois l’œuvre terminée, il la disposait dans le jardin et, le plus souvent, ne la déplaçait plus.

Ses sources d'inspiration

Gabriel Albert s’est inspiré de scènes de la vie villageoise et de son univers quotidien pour la réalisation des statues de personnages anonymes. Il trouvait aussi des sources d’inspiration dans de nombreux ouvrages imprimés : les photographies tirées de journaux et de magazines l’aidaient à modeler les statues des personnages célèbres et les catalogues de mode, récents ou anciens, lui offraient de nombreux exemples de vêtements. 

Quelques œuvres d’art l’ont également inspiré, comme La Naissance de Vénus de Botticelli et L’Angélus de Jean-François Millet, dont il possédait des reproductions.

J'ai tout un tas de papiers, j'ai tout un tas de modèles. Alors quand je tombais sur un modèle qui me plaisait, je le faisais.

Une statue de femme au guépard (à gauche) s'inspire d'une photographie de magazine (à droite) retrouvée dans l'atelier. Une des statues de femme nue du jardin (à gauche) et sa source d'inspiration : une reproduction de La Naissance de Vénus de Botticelli, tirée d' un magazine (à droite). Statue d'enfant déguisé en corbeau (à gauche) et sa source d'inspiration : un dessin de costumes pour illustrer la fable Le Corbeau et le renard, dans un magazine ancien conservé dans l'atelier.

Sa maison, le moulin de ses amours...

Une dizaine d'années avant sa retraite et le début de la fabrication de ses statues, Gabriel Albert a construit la petite maison située au milieu de la propriété. Les nombreux éléments décoratifs originaux qu'il y intègre, témoignent de sa soif de création : le sol en béton peint de vaguelettes colorées, les encadrements des ouvertures et les angles de la maison rehaussés de traits de peinture rouge ou bleue, la souche de cheminée en zinc... 
À l'intérieur, le menuisier a fabriqué les meubles en bois et assemblé deux cheminées en pierre (dont l'une s'inspire d'un modèle trouvé dans un livre de bricolage). À la même époque, il a aussi édifié dans son jardin, au-dessus d'un ancien puits, un moulin à vent décoratif.

C'est le moulin de nos amours. [allusion probable à la chanson Moulin rouge]. C’est sa première création.
Son épouse, Anita, 1996.

Le Jardin de Gabriel avec au fond, la maison et le moulin. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général / F. Bonnifait, 2006. La maison. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général / R. Jean, 2009. Le sol de béton coloré de la salle à manger.
© Région Poitou-Charentes, Inventaire général / R. Jean, 2010.

Auteurs : Thierry Allard et Yann Ourry

 

Voir

Pour aller plus loin

Orientation bibliographique sur le Jardin de Gabriel

  • BONNIFAIT, Fabrice. "Reconnaissance d’un site touristique en voie de patrimonialisation : Le Jardin de Gabriel à Nantillé". Tourisme & Patrimoine (Gilles Ferréol. Dir.). Bruxelles et Fernelmont (Belgique) : E.M.E./Intercommunications, 2010.
  • DAVID, Francis. "Ils se refont un drôle de monde". GaultMillau, nº 190, février 1985. Paris : Gault et Millau, p. 92-93.
  • KUNZ-JACQUES, Guy. Paysages et gens de Saintonge. Saint-Jean-d’Angély : Bordessoules, 2000.
  • LACARRIÈRE, Jacques ; VERROUST, Jacques. Les Inspirés du bord des routes. Paris : Le Seuil, 1978.
  • LANOUX, Jean-Louis. "Gabriel Albert dans l’ambre du temps". Création franche, nº 32, mars 2010.
  • MONTPIED, Bruno. Éloge des jardins anarchiques. Montreuil-sous-Bois : L’insomniaque éditeur, 2011.
  • MONTPIED, Bruno. "Le ciment des rêves. Une promenade chez quatre créateurs de sites naïfs ou bruts du Sud-Ouest". Plein Chant, nº 44, printemps 1989.
  • REVERCHON, Pauline. "Albert (Gabriel)". Dictionnaire biographique des Charentais et de ceux qui ont illustré les Charentes. Paris : Le Croît vif, 2005.
  • VALIÈRE, Michel. "Le Jardin de Gabriel en devenir" et "Verbatim de l’enregistrement de Gabriel Albert réalisé le 13 novembre 1991". Charente-Maritime, Nantillé, Le Jardin de Gabriel, dossier documentaire de la conservation régionale des Monuments Historiques. Poitiers, Direction régionale des affaires culturelles de Poitou-Charentes, 2008.

Webographie

Localiser

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Publications en ligne

    Grand Châtellerault : Coussay-les-Bois

    Découvrez dans cette publication en ligne l'histoire, les paysages et le patrimoine de la commune de Coussay-les-Bois, dont le château de la Vervolière a vu grandir le futur cardinal de Richelieu...

  • Statuaire publique

    Alexandre Lemoine, entrepreneur et franc-maçon poitevin

    Alexandre Lemoine aurait pu être un entrepreneur en maçonnerie ordinaire s'il n'avait pas affiché sur sa tombe son appartenance à la loge maçonnique poitevine La Solidarité...

  • Ressources

    Vallée de la Sèvre Niortaise : Charron

    L'inventaire du patrimoine des rives de la Sèvre Niortaise sur la commune de Charron est terminé. Découvrez en ligne les éléments étudiés et l'album.

  • Ressources

    Les Vals de Saintonge

    En partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine, la Communauté de Communes des Vals de Saintonge mène l'inventaire du patrimoine de l'ensemble de son territoire. Découvrez en ligne les éléments étudiés à ce jour.

  • Actualités

    "Le Jardin de Gabriel : premiers travaux, un éclat retrouvé", le clip

    Après le film voici le clip sur les premiers travaux de restauration réalisés par la Région Nouvelle-Aquitaine depuis novembre 2017...