Patrimoine et inventaire de Nouvelle-Aquitaine en Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne

La verrière du baptistère de l'église du Planty à Buxerolles (Vienne), étudiée en 2007 lors de l'enquête d'inventaire de l'agglomération de Poitiers. © Région Poitou-Charentes, inventaire général / R. Jean, 2008.
 
  • Mis à jour le 3 juillet 2018
 


L'inventaire général : hier et aujourd'hui

Créé en 1964 par André Malraux

L'inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France fut créé en 1964 par André Malraux (1901-1976), alors ministre des Affaires culturelles, et l'historien de l'art André Chastel (1912-1990).
L'inventaire se situe au tout début de la « chaîne patrimoniale » mise en œuvre par l'État (depuis le repérage par le service de l'inventaire général jusqu'à la protection au titre des monuments historiques). Il se démarque de la logique de protection matérielle des monuments historiques. Il consiste, « dans un contexte de recherche scientifique pure » excluant toute préoccupation d'ordre administratif ou fiscal, « à recenser, à étudier et à faire connaître toute œuvre qui, du fait de son caractère artistique ou archéologique, constitue un élément du patrimoine national. »
La commission nationale chargée de cet inventaire fut rapidement complétée par des commissions régionales. Celle de Poitou-Charentes fut instituée en 1968. Les premières opérations portèrent sur les cantons de Saint-Julien-d'Ars, Aigre, Ars-en-Ré, Saint-Martin-de-Ré et La Mothe-Saint-Héray.

Une compétence de l'État transférée aux Régions...

Quarante ans après la création de l'inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, l'article 95 de la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales confie, à compter du 1er janvier 2005, la réalisation de « l'inventaire général du patrimoine culturel » aux Régions et non plus, comme auparavant, aux services déconcentrés du ministère de la Culture. Le Service Régional de l'inventaire (SRI) a été transféré à la Région Poitou-Charentes au 1er février 2007.

… sur des principes et méthodes élaborés par l'État...

L'État continue à exercer le contrôle scientifique et technique des opérations d'inventaire conduites par les Régions, et définit les normes qui « portent sur les méthodes de conduite des opérations, les vocabulaires, les schémas et formats de données ».
Confirmés par l'arrêté du ministre de la Culture et de la Communication du 17 février 2009, les principes et méthodes de l'inventaire général du patrimoine donnent à tous les chercheurs de l'inventaire une même règle d'analyse et de description des œuvres inventoriées. L'État contribue également à la diffusion nationale des résultats des opérations d'inventaire par l'intermédiaire de bases de données en ligne. Il peut, par ailleurs, réaliser des opérations d'inventaire au plan national.

… et validés par le Conseil national de l'inventaire

Le Conseil national de l'inventaire général du patrimoine culturel, qui réunit à parts égales des scientifiques, des représentants de l'État et des collectivités territoriales, émet un avis sur les normes. Il évalue du point de vue scientifique les opérations d'inventaire conduites par les Régions, notamment à partir des rapports annuels qu'elles lui adressent (décret n° 2005-835 du 20 juillet 2005).

Un colloque "1794 - 1964 - 2004 - 2014 Dynamiques d'une aventure de l'esprit : l'Inventaire général du patrimoine culturel"

Ce colloque, tenu du 5 au 7 novembre 2014, proposait de montrer l'évolution progressive de l'organisation de l'inventaire général du patrimoine culturel et de revenir sur ses apports au sein de la filière patrimoine.

Colloque organisé par la direction générale des patrimoines (DGP), l'Institut national du patrimoine (Inp), le Centre d'études sur la coopération juridique internationale (CECOJI-CNRS) et l'Association des conservateurs régionaux de l'Inventaire (ACRI) avec le concours de l'Association des régions de France (ARF) et en partenariat avec l'Institut Central pour le Catalogue et la Documentation (ICCD).

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    La restauration d'une statue de danseuse par une étudiante de l'Ecole d'art et de design TALM-Tours

    En vertu du partenariat conclu entre la Région et l’école, Marion Benda a choisi pour son mémoire de fin d’études de restaurer une statue en ciment du Jardin de Gabriel.

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2021

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 6 juillet et le 16 septembre.

  • Actualités

    Eté 2021 : fermeture du centre de documentation de Poitiers

    Le centre de documentation du service Patrimoine et Inventaire de la Région Nouvelle-Aquitaine, site de Poitiers, sera fermé à partir du 16 juillet. Réouverture le 9 août 2021. Sur rendez-vous.

  • Découvertes

    Une exposition inédite des sculptures de Gabriel Albert au Musée Cécile Sabourdy

    Intitulée « Le ciment des rêves, l’univers sculpté de Gabriel Albert », cette exposition exceptionnelle ouvrira ses portes le mercredi 19 mai, pour toute l’année.

  • Actualités

    Gouex

    L’inventaire de la commune de Gouex est achevé. Il a permis de constituer 218 dossiers dont 189 concernent des œuvres d’architecture et 29 des objets mobiliers.

  • Découvertes

    Talmont-sur-Gironde : une nouvelle destination dans Vidéoguide Nouvelle-Aquitaine

    Un nouveau parcours Vidéoguide voit le jour à Talmont-sur-Gironde, petit bourg médiéval surnommé « la perle de l’estuaire de la Gironde ».

  • Découvertes

    Taillebourg, un port, des ponts et une chaussée insubmersible

    Les quais de Taillebourg ont connu autrefois l’intense fréquentation de mariniers, charpentiers, armateurs et commerçants. Le port de Taillebourg a favorisé le développement de la cité, au bas du château qui contrôlait le passage du pont et la navigation sur le fleuve.