Patrimoine et inventaire de Nouvelle-Aquitaine en Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne

La verrière du baptistère de l'église du Planty à Buxerolles (Vienne), étudiée en 2007 lors de l'enquête d'inventaire de l'agglomération de Poitiers. © Région Poitou-Charentes, inventaire général / R. Jean, 2008.
 
  • Mis à jour le 3 juillet 2018
 


Une enquête d'inventaire

Les recherches documentaires

Le chercheur prépare son enquête de terrain en recherchant :
- en bibliothèques : les ouvrages et les revues existant sur le territoire ou sur la thématique à étudier.
- dans les archives municipales, départementales, voire nationales : les sources essentielles, telles que les actes des notaires, les dossiers de construction des bâtiments publics, les fonds des établissements religieux, les gravures, cartes postales anciennes, photographies, plans, etc.

L'information

Le chercheur prend contact avec les personnes morales ou physiques concernées par l'enquête sur le terrain : collectivités territoriales (maires, élus municipaux ou intercommunaux en charge du patrimoine...), habitants, propriétaires privés, affectataires des édifices religieux... Des réunions publiques, des communiqués de presse et des tracts informent la population locale du lancement de l'opération d'inventaire.

L'enquête sur le terrain : étudier, identifier, photographier

Le chercheur parcourt le territoire à étudier, muni des plans du cadastre lui permettant d'identifier chaque parcelle bâtie. Il regarde l'ensemble des bâtiments d'une commune, s'arrête devant chaque écart, devant chaque maison, puits, fontaine, pont... pour en déterminer l'intérêt culturel, historique ou scientifique. Pour chaque élément relevé, le chercheur recueille de nombreuses données qu'il reporte sur une grille d'enquête préparée à l'avance et qui concernent l'aspect du bâtiment, sa construction, son histoire... Les habitants sont consultés, voire interviewés pour recueillir la mémoire des lieux.
L'enquête concerne également les objets mobiliers publics et, dans la mesure du possible, privés (à l'exception des objets conservés dans les musées) : sculptures, peintures, meubles, vitraux... Une campagne photographique réalisée par le chercheur et/ou un photographe accompagne l'enquête de terrain, afin que chaque œuvre inventoriée soit illustrée.

Étudier le bâtiment (ici, l'église de Champagné-le-Sec dans la Vienne)...

la cathédrale d'Angoulême photographiée

Analyser, photographier...

 

La mise en forme, l'analyse et la vérification des données recueillies

Après l'enquête sur le terrain, le chercheur procède, à l'aide d'outils informatiques spécifiques, à la constitution de dossiers documentaires. Cette mise en forme des données résultant de l'enquête s'appuie sur des normes nationales qui les rendent comparables, consultables et utilisables par tous.
Chaque dossier comporte : une description de l'élément inventorié, son historique, sa localisation, des photographies, des schémas, des reproductions d'archives, la documentation utilisée (bibliographie et archives), des annexes...
Lors de la rédaction du dossier, le chercheur confronte les informations collectées sur le terrain et celles fournies par les sources documentaires.

Trois cartes sont systématiquement exploitées :

  • la carte de Cassini, première carte scientifiquement triangulée de la France, établie au 18e siècle ;
  • le cadastre dit napoléonien, lancé en 1807 par Napoléon, qui offre une couverture complète et détaillée de la France dans la première moitié du 19e siècle ;
  • le cadastre le plus récent, ou actuel.

Après l'enquête : la restitution et la diffusion des données...

Au terme de chaque enquête, les résultats de l'inventaire sont :

  • consultables au Centre de documentation du patrimoine : 102 Grand'Rue à Poitiers, Tél. : 05 49 36 30 07 ;
  • mis à disposition  dans les mairies, les offices de tourisme, les bibliothèques municipales...
  • mis en ligne et valorisés sur le présent site Internet de la Région : https://inventaire.poitou-charentes.fr/ ;
  • versés dans les bases de données nationales : Mérimée (pour l'architecture), Palissy (pour les objets mobiliers) et Mémoire (pour les illustrations) ; http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/
 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !