Patrimoine et inventaire de Nouvelle-Aquitaine en Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne

La verrière du baptistère de l'église du Planty à Buxerolles (Vienne), étudiée en 2007 lors de l'enquête d'inventaire de l'agglomération de Poitiers. © Région Poitou-Charentes, inventaire général / R. Jean, 2008.
 
  • Mis à jour le 3 juillet 2018
 


Une enquête d'inventaire

Les recherches documentaires

Le chercheur prépare son enquête de terrain en recherchant :
- en bibliothèques : les ouvrages et les revues existant sur le territoire ou sur la thématique à étudier.
- dans les archives municipales, départementales, voire nationales : les sources essentielles, telles que les actes des notaires, les dossiers de construction des bâtiments publics, les fonds des établissements religieux, les gravures, cartes postales anciennes, photographies, plans, etc.

L'information

Le chercheur prend contact avec les personnes morales ou physiques concernées par l'enquête sur le terrain : collectivités territoriales (maires, élus municipaux ou intercommunaux en charge du patrimoine...), habitants, propriétaires privés, affectataires des édifices religieux... Des réunions publiques, des communiqués de presse et des tracts informent la population locale du lancement de l'opération d'inventaire.

L'enquête sur le terrain : étudier, identifier, photographier

Le chercheur parcourt le territoire à étudier, muni des plans du cadastre lui permettant d'identifier chaque parcelle bâtie. Il regarde l'ensemble des bâtiments d'une commune, s'arrête devant chaque écart, devant chaque maison, puits, fontaine, pont... pour en déterminer l'intérêt culturel, historique ou scientifique. Pour chaque élément relevé, le chercheur recueille de nombreuses données qu'il reporte sur une grille d'enquête préparée à l'avance et qui concernent l'aspect du bâtiment, sa construction, son histoire... Les habitants sont consultés, voire interviewés pour recueillir la mémoire des lieux.
L'enquête concerne également les objets mobiliers publics et, dans la mesure du possible, privés (à l'exception des objets conservés dans les musées) : sculptures, peintures, meubles, vitraux... Une campagne photographique réalisée par le chercheur et/ou un photographe accompagne l'enquête de terrain, afin que chaque œuvre inventoriée soit illustrée.

Étudier le bâtiment (ici, l'église de Champagné-le-Sec dans la Vienne)...

la cathédrale d'Angoulême photographiée

Analyser, photographier...

 

La mise en forme, l'analyse et la vérification des données recueillies

Après l'enquête sur le terrain, le chercheur procède, à l'aide d'outils informatiques spécifiques, à la constitution de dossiers documentaires. Cette mise en forme des données résultant de l'enquête s'appuie sur des normes nationales qui les rendent comparables, consultables et utilisables par tous.
Chaque dossier comporte : une description de l'élément inventorié, son historique, sa localisation, des photographies, des schémas, des reproductions d'archives, la documentation utilisée (bibliographie et archives), des annexes...
Lors de la rédaction du dossier, le chercheur confronte les informations collectées sur le terrain et celles fournies par les sources documentaires.

Trois cartes sont systématiquement exploitées :

  • la carte de Cassini, première carte scientifiquement triangulée de la France, établie au 18e siècle ;
  • le cadastre dit napoléonien, lancé en 1807 par Napoléon, qui offre une couverture complète et détaillée de la France dans la première moitié du 19e siècle ;
  • le cadastre le plus récent, ou actuel.

Après l'enquête : la restitution et la diffusion des données...

Au terme de chaque enquête, les résultats de l'inventaire sont :

  • consultables au Centre de documentation du patrimoine : 102 Grand'Rue à Poitiers, Tél. : 05 49 36 30 07 ;
  • mis à disposition  dans les mairies, les offices de tourisme, les bibliothèques municipales...
  • mis en ligne et valorisés sur le présent site Internet de la Région : https://inventaire.poitou-charentes.fr/ ;
  • versés dans les bases de données nationales : Mérimée (pour l'architecture), Palissy (pour les objets mobiliers) et Mémoire (pour les illustrations) ; http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/
 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Conférence de restitution de l'inventaire du patrimoine de Chenevelles le vendredi 10 décembre

    Le Pays d’Art et d’Histoire de Grand Châtellerault vous propose une conférence pour (re)découvrir le patrimoine de Chenevelles.

  • Découvertes

    Les écoles et les mairies dans les communes rurales des Vals de Saintonge

    Au 19e siècle apparaît un type architectural pour les écoles et les mairies. Illustration de ce phénomène en Vals de Saintonge.

  • Publications en ligne

    Diaporama de la conférence du 16 septembre 2021 à Saint-Jean-de-Liversay

    Découvrez en ligne le diaporama de la conférence présentant les résultats de l'inventaire du patrimoine de la commune.

  • Découvertes

    Le Jardin de Gabriel s'ouvre aux scolaires

    Le Jardin de Gabriel a récemment accueilli deux classes des écoles voisines de Saint-Hilaire-de-Villefranche et Brizambourg. Une quarantaine d’élèves de CM1-CM2 ont pu découvrir l’univers insolite et poétique créé par Gabriel Albert.

  • Découvertes

    Une exposition inédite des sculptures de Gabriel Albert au Musée Cécile Sabourdy

    Intitulée « Le ciment des rêves, l’univers sculpté de Gabriel Albert », cette exposition exceptionnelle ouvrira ses portes le mercredi 19 mai, pour toute l’année.

  • Découvertes

    La restauration d'une statue de danseuse par une étudiante de l'Ecole d'art et de design TALM-Tours

    En vertu du partenariat conclu entre la Région et l’école, Marion Benda a choisi pour son mémoire de fin d’études de restaurer une statue en ciment du Jardin de Gabriel.