L'ethnologue Michel Valière

Michel Valière et son épouse, Michèle, dans le Jardin de Gabriel à Nantillé, le 1er juin 2008. Bernard Maingot, angely.overblog.com.
Évènements
 
  • Mis à jour le 11 avril 2019
 

Michel Valière, disparu en février 2019, a été durant toute sa carrière une personnalité incontournable de la culture et du patrimoine en Poitou-Charentes. Pionnier des ethnologues régionaux, spécialiste des contes, des musiques et danses, à l’origine d’un mouvement associatif important relatif au patrimoine ethnologique, il a aussi été, par son implication sur les projets de territoire, un acteur majeur du patrimoine régional. Un entretien réalisé en 2017 par le service des archives de la Région permet de conserver son témoignage sur son parcours et sa carrière.

L'ethnologue engagé

Michel Valière est né en 1941 à Paris. Après ses études à l’Université de Poitiers, il devient enseignant au lycée André-Theuriet de Civray. Dès les années 1960, il commence à réaliser, avec son épouse Michèle Gardré-Valière, des enquêtes ethnographiques dans les campagnes du Poitou. Il se passionne pour le conte populaire, les musiques et danses, les langues régionales, et œuvre pour l’étude, la transmission et la valorisation de ces patrimoines.

Il s’engage dans le mouvement associatif et participe à la fondation du centre culturel La Marchoise à Gençay et de l’Union Poitou-Charentes pour la Culture Populaire (UPCP, devenu UPCP-Métive).

En 1982, il devient ethnologue régional, rattaché à la fois à la Direction Régionale des Affaires Culturelles et à la Région Poitou-Charentes. Il est également professeur d’ethnologie à l’Université de Poitiers.

Il publie de nombreux ouvrages ethnographiques, dont :

  • Amours paysannes – Récit d’une vie de galerne
  • Ethnographie de la France – Histoire et enjeux contemporains des approches du patrimoine ethnologique
  • Le conte populaire – Approche socio-anthropologique.

Pendant sa retraite, il anime avec son épouse l’ethnoblogue « Cultures et territoires ». Décédé en février 2019, il laisse une documentation sonore exceptionnelle. Conformément aux valeurs de transmission auxquelles Michel Valière était attaché, ses travaux personnels sont désormais conservés aux Archives départementales de la Vienne et à l’Université de Poitiers.


 

Un entretien réalisé en 2017

Dans le cadre du projet de collecte d’archives orales « Mémoires régionales », le service des archives de la Nouvelle-Aquitaine a rencontré Michel Valière et son épouse, en juin 2017, afin de recueillir son témoignage et enrichir les sources de l’histoire de la Région Poitou-Charentes, de 1983 à 2001.

Ce témoignage reflète le parcours personnel et professionnel atypique de cet ethnologue autodidacte : enseignant, il occupe d'abord son temps libre à collecter des témoignages, passionné par la linguistique et par le monde rural. « Les langues sont un conservatoire magnifique de l’histoire des populations, l’histoire des migrations… ». Il explique comment ce parcours le mène, en 1983, à inventer le métier d'ethnologue régional en Poitou-Charentes.

Il raconte avoir vécu ses premières missions au jour le jour, au gré des rencontres et des évènements. Dans cet entretien, ponctué par de nombreuses anecdotes et analyses, il revient sur l’ambivalence de son poste, sur son engagement associatif (UPCP, La Marchoise) et ses travaux ethnographiques.

Cet entretien (coté 1AV21), réalisé par Marie Vignaud, est conservé par le service des archives de la Région Nouvelle-Aquitaine : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – 05 49 38 49 04 (consultation sur rendez-vous).

Quelques extraits de l'entretien :


 

Un acteur majeur du patrimoine régional

Son humanisme, son savoir et ses centres d’intérêt le mènent à intervenir au-delà de ses missions sur le patrimoine ethnographique. Il s’implique fortement dans les projets des territoires en matière de patrimoine et il devient un partenaire naturel du Service Régional de l’Inventaire. Il participe à la reconnaissance du patrimoine industriel, qui fait l’objet d’une opération d’inventaire thématique. Par la suite, il contribue par son expertise au recueil des mémoires ouvrières, mené par la Région.

Par ailleurs, il s’engage activement pour la protection et la sauvegarde du Jardin de Gabriel, à Nantillé (Charente-Maritime), composé de 420 statues en ciment armé. Après avoir recueilli en 1991 le témoignage de Gabriel Albert, créateur de ce site hors-normes, il milite pour sa reconnaissance et accompagne la Région dans l’inventaire du patrimoine du site, qui aboutit à une publication dans la collection des « Images du patrimoine » en 2011.

Remerciements à Charline Chignat, Service des archives de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Le Jardin de Gabriel à l’honneur au Festival « Promenons-nous dans les docs »

    Un documentaire sonore de Marc Tournier, consacré au Jardin de Gabriel et intitulé "Un tiroir de sourires", sera diffusé le samedi 21 mai à Dirac (16).

  • Actualités

    Conférence "Le patrimoine de l'après-phylloxéra en Aunis" le 20 mai à Saint-Jean-de-Liversay

    Cette conférence de Pascale Moisdon intervient à l'occasion de la réaffectation de la laiterie de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Actualités

    Visites et spectacle de contes au Jardin de Gabriel les 4 et 5 juin 2022

    À l'occasion des Rendez-vous aux Jardins, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime...

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    L'arsenal de Rochefort

    En 1666, l’implantation d’un arsenal à Rochefort, pour construire et armer la flotte royale, est une prouesse par l’ampleur du projet et la rapidité de son exécution, malgré les multiples contraintes. Une découverte en vidéo !