Les fonds photographiques

Les fonds photographiques. © Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel / Fonds Léon Triou.
Découverte
 
  • Mis à jour le 13 mai 2020
 

Au sein de son imposante photothèque sur le patrimoine régional, le service Patrimoine et Inventaire détient plusieurs collections photographiques anciennes, issues d'achats ou de legs de photographes. Ainsi, à Poitiers sont conservées quatre collections photographiques « patrimoniales » majeures, illustrant le Poitou et les Charentes.

 

Ces fonds ont été donnés par Hélène Plessis (fonds Plessis), les descendants de Léon Triou (Fonds Triou) et l'épouse de François Eygun (fonds Eygun). L'ensemble totalise 7 000 clichés (dont 2 200 plaques de verre). Le service a également acquis un ensemble de photographies de Roger Henrard, qui compte environ 1 500 vues aériennes des départements de la Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de la Vienne.

Ces images sont le fait de passionnés de la photographie qu'ils pratiquent en professionnel (Hélène Plessis à partir des années 1920 et Roger Henrard) ou en amateur. Elles couvrent essentiellement la première moitié du 20e siècle et donnent à voir une société en pleine évolution, où la « modernité » transforme les modes de vie et les paysages.

La photographie elle-même participe de cette modernité et de l'évolution rapide des techniques. Après les inventions de Nicéphore Niépce en 1824 (héliographie), et de Louis Daguerre en 1839 (daguerréotype), les améliorations techniques se succèdent rapidement. Au début du 20e siècle, la pratique amateur est déjà bien établie, facilitée par l'apparition de la photographie instantanée dans les années 1880. Celle-ci permet de saisir sur le vif tout type de sujet, même en mouvement.

Les fonds présentés ici sont divers. Les photographes s'intéressent au chemin de fer, aux ouvrages d'art, à la voiture, au travail... L'intimité est aussi un sujet de prédilection : portraits familiaux, événements même minimes, vie quotidienne. La photographie devient gardienne de la mémoire familiale.

Le fonds François Eygun se différencie des autres. Responsable des antiquités historiques du Poitou et des Charentes, François Eygun a laissé près de 4 500 négatifs illustrant l'architecture de cette région. Le patrimoine est également présent dans le fonds Triou qui concerne essentiellement la Saintonge. Chez Hélène Plessis, l'architecture est également un sujet bien représenté, par intérêt mais également en raison de commandes.

L'exploration de ces fonds permet de (re)découvrir la vie dans le Poitou et les Charentes dans les premières décennies du 20e siècle et, quel que soit le sujet, invite à apprécier ces images qui témoignent d'un travail soigné sur la composition et la lumière qui parfois s'apparente à la peinture.

 

Portrait

Les débuts de la photographie sont étroitement liés aux portraits. Ces derniers sont, pour les photographes itinérants ou établis en ville, une source de revenus non négligeable. Les modèles posent souvent devant un décor.
Avec le développement de la pratique amateur, la photographie entre dans la maison, met en scène et dévoile l'intimité familiale. Ainsi, les portraits individuels ou de groupe représentent plus de 10 % du fonds Léon Triou.

 

Divertissements et loisirs

C'est en 1906 que le dimanche devient un jour chômé pour les ouvriers de l'industrie et les employés de commerce des villes. Pour les distraire pendant ce temps libre, des activités de loisirs se développent, mais le loisir ouvrier est encore regardé sévèrement : la journée chômée doit servir à se reposer en famille et non à se divertir hors de chez soi.

Dans les milieux plus aisés, les divertissements ne sont pas nouveaux et embrassent un grand nombre d'activités : promenade à pied ou en barque, repas familial, jeux, théâtre... 

 

Travail

Dans les premières décennies du 20e siècle, tant dans le Poitou que dans les Charentes, le travail demeure essentiellement agricole. Ce thème est pourtant rare dans les collections conservées. La construction des infrastructures nécessaires à l'arrivée du chemin de fer ou le dégagement de l'amphithéâtre de Saintes sont très bien illustrés dans le fonds Triou mais les vues sont lointaines et montrent rarement les ouvriers.

 

Événements et manifestations

Les manifestations et les événements interpellent naturellement les photographes. Ils témoignent de la vie sociale de la cité (fête du 14 juillet, fête religieuse…) mais également des moments tragiques. C'est le cas du fonds Hélène Plessis qui comprend environ 150 photos de la guerre 1914-1918 ou illustre les décombres du quartier de la gare à Poitiers bombardé en 1944.

 

Paysages

Le paysage est un domaine peu représenté dans les collections conservées par le service. Le fonds Roger Henrard fait exception ; les vues obliques hautes embrassent une grande étendue de paysage, souvent habité (villes, quartiers, hameau...). L'album de photographies de Louis Guitteau présente également une vingtaine d'images de Poitiers et ses environs dans les années 1890.

 

Monuments historiques

En 1851, quelques années après l'apparition du daguerréotype, la commission des monuments historiques décide d'envoyer dans toute la France cinq photographes de la toute nouvelle Société héliographique (elle précède la Société française de photographie). Ces derniers ont pour mission de photographier, ou plus exactement de faire les « dessins photographiques » de près de 175 monuments. À chaque photographe est attribué un territoire. Pour le sud-ouest, Gustave Le Guay et Auguste Mestral décident de travailler ensemble et rapportent un nombre considérable de clichés pris entre la Loire et les Pyrénées.

Entrée dans l'histoire sous le nom de « mission héliographique », cette aventure va ouvrir un nouveau champ d'investigation aux photographes amateurs, celui de l'architecture. Quelques décennies plus tard, les Monuments historiques sont devenus un des thèmes majeurs pour les photographes François Eygun ou Léon Triou.

 

Modernité

Les premières décennies du 20e siècle voient émerger un monde nouveau, où les machines et les techniques transforment le quotidien. Elles rythment et conditionnent le temps de travail. Le désir de vitesse, nouvelle notion, fait évoluer les modes de déplacement ; la nouveauté devient également une valeur. L'éducation, les progrès de la science et de la médecine, la plus grande facilité de déplacement contribuent à l'émergence d'une nouvelle société.

Auteur : Christine Sarrazin, mai 2020.

 

Voir

Le centre de documentation du patrimoine

La photothèque du Service Patrimoine et Inventaire

Hélène Plessis-Vieillard (1892-1987), photographe pionnière

Le fonds François Eygun, la photographie au service du patrimoine

Le fonds Triou, une collection photographique d'amateurs du patrimoine

Le fonds Henrard, ponnier de la photographie aérienne

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Retour sur les Journées européennes du patrimoine 2020

    Lors des Journées européennes du patrimoine, du 18 au 20 septembre 2020, la Région a proposé la visite de 31 sites patrimoniaux exceptionnels.

  • Actualités

    Publication des dossiers de Leigné-les-Bois

    Dans la communauté d'agglomération de Grand Châtellerault, l’étude d’inventaire du patrimoine de la commune de Leigné-les-Bois est terminée. Les dossiers viennent d'être publiés.

  • Découvertes

    Album-photos : Saint-Jean-de-Liversay

    L'inventaire du patrimoine des rives de la Sèvre Niortaise sur la commune de Saint-Jean-de-Liversay est terminé. Découvrez en ligne l'album-photos du patrimoine de la commune.

  • Publications en ligne

    Publication "Grand Châtellerault : Orches"

    L'inventaire du patrimoine de Grand Châtellerault se poursuit. Découvrez dans cette publication en ligne l'histoire, les paysages et le patrimoine de la commune d'Orches.

  • Actualités

    Vallée de la Sèvre Niortaise

    L'inventaire du patrimoine des communes riveraines de la Sèvre Niortaise se poursuit avec la publication des dossiers de la commune de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Les actus du LIMOUSIN

    Villard et Méasnes : deux nouvelles communes creusoises à découvrir

    L’Inventaire du patrimoine de la communauté de communes du Pays Dunois, dans la Creuse, se poursuit avec la publication des dossiers des communes de Villard et de Méasnes.